La recherche des Reptiles dans le désert… Un exercice passionnant !

La prospection des Reptiles dans le désert passe en premier lieu par la recherche et la détermination des traces laissées par les animaux. Cette exercice est passionnant et efficace !
Avec l’expérience, on apprend rapidement à reconnaître les traces laissées par les différentes espèces. En voici quelques exemples !

Acanthodactylus boskianus tracks

Acanthodactylus boskianus, comme tous les Acanthodactyles, laisse de nombreuses traces sur le sable en début de journée et en soirée

Lytorhynchus diadema tracks

Les traces de Couleuvre diadème, Lytorhynchus diadema, sont parmi les plus caractéristiques et les plus reconnaissables. Ce serpent laisse une trace parfaitement symétrique. Il se déplace de nuit, mais ses traces restent longtemps visibles en journée, parfois sur plusieurs centaine de mètres !

Couleuvre diadème, Lytorhynchus diadema.

Une trace, pas très fraîche, de Varan du désert, Varanus griseus. La queue traîne généralement au sol, et les pattes sont bien visibles de part et d’autres de la trainée.

Varan du désert, Varanus griseus, le grand marcheur.

Scincus track

Trace caractéristique d’un gros scinque, qui se promène et s’enterre ici et là. Peut être un Scincus, ou un gros Chalcides…

Le Seps ocellé, Chalcides ocellatus

Cette trace en mutiple zigzag est ultra caractéristique des petits scinques strictement inféodés aux dunes : Chalcides sepsoides, ou encore Chalcides sphenopsiformis. Les traces sont parfois très très nombreuses !

Chalcides sepsoides

Chalcides sepsoides

Chalcides sepsoides

Chalcides sepsoides, l’auteur de ces traces, est un animal est parfaitement adapté à la vie dans le sable

Trace caractéristique des vipéridés inféodés au désert : Cerastes, Pseudocerastes, ou encore Echis

Vues de dessus, les traces de cette Vipère à cornes, Cerastes cerastes, forment un S caractéristique

Ici, l’animal s’est arrêté longuement durant la nuit. Sans doute un affût, avant de repartir s’abriter avant le lever du soleil…

Et voici l’auteur de la trace : Pseudocerastes fieldi, magnifique !

Comme les Pseudocerastes, les espèces du genre Cerastes laissent apparaître des empreintes de leurs écailles ventrales. Au contraire, les écailles ventrales chez les espèces du genre Echis ne marquent pas.

 

Évidemment, la qualité du sable, le vent, l’humidité, va jouer sur la persistance des traces notamment. Quoi qu’il en soit, c’est de loin la méthode la plus efficace pour prospecter ce type de milieu !

À propos de l'auteur: Matthieu Berroneau

2 commentaires à «La recherche des Reptiles dans le désert… Un exercice passionnant !»

Vous pouvez laisser un commentaire ou Rétroliens (trackbacks) cet article.

  1. Corsand Gilles - le 26 juin 2019 à 18 h 24 min Répondre

    Superbes vraiment toutes ces espèces rencontrées quel naturaliste tu fais !! , (tu avais un râteau 🙂 ou un peigne à myrtille ou quoi d’autre …?) et toujours des photos magiques merci du partage Matthieu !

    Gilles

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas rendu publique.